Il était une fois un clou,

Il était tombé d'une boite de clous il y a des années, il se sentait seul et bien inutile car même si c'est paradoxal un clou seul ne vaut pas un clou.
Il avait besoin pour s'épanouir d'un marteau, d'une planche ou d'un menuisier, de quelqu'un ou quelque chose mais lui était seul, perdu, oublié sur le sol d'un entrepôt.

Il avait beau être en acier, il ne savait que fer...

Les années passaient et il fallait bien l'avouer : pour lui, c'était "la rouille". Alors qu'il était sur le point de perdre espoir quelque chose tomba à côté de lui, une vis venait de choir d'une boite de vis tout comme lui il y a si longtemps.
Notre clou était aux anges : enfin de la compagnie, quelqu'un pour parler, échanger des idées ; il engagea donc la conversation et expliqua combien il s'ennuyait.
La vis était en inox donc elle ne rouillait jamais et avait toujours une activité à proposer : elle proposa un dîner en vis à vis et bien évidement elle visa juste ; le clou apprécia et commença à faire la cour à la vis, hélas l'écrou et les couleurs ça ne se discute pas si bien que la vis lui cloua le bec car elle le trouvait maigre comme un clou et elle le planta là !

Le clou n'avait pas réussit à se serrer la vis mais il était enfin planté ! Seul certes mais debout, droit et fier.

La vis était persuadée qu'elle n'aurait jamais besoin de lui, pourtant peu de temps après elle traversa en dehors des clous et se fit écraser : elle perdit la tête et ses chevilles se brisèrent.

Une vis sans cheville n'a que peu d'intérêt si bien que pour finir on la mis au clou.

Comme quoi céder aux vices est aisé mais Fixit est comme le clou : fière d'être droite.